La Rochelle Insoumise ne pouvait pas, elle avait Bastille !

Samedi 18 mars, Cédric Ruffié a participé aux côtés de rochelais.e.s insoumis.e.s au grand défilé pour la 6ème République, rendez-vous central de la campagne de la France Insoumise. En ce jour anniversaire de la Commune de Paris, où le peuple en s'insurgeant contre le Gouvernement tout juste élu a posé en 1871 les fondements de la République sociale, 130 000 insoumis.e.s venus des quatre coins de la France et de l'Europe ont marché de Bastille à République pour faire entendre leur "oui" au renouveau démocratique.

L'insoumission appartient à ceux qui se lèvent tôt.

 

200 bus ont été affrétés pour l'occasion, 50 personnes sont parties de La Rochelle et 50 autres de Niort. Départ à 3 h 40 pour les bus, 5 h 27 pour le premier train et tout aussi tôt pour ceux qui sont venus en covoiturage, à l'arrivée "ça pique" mais rapidement la musique, la bonne humeur et les premiers "Résistance !" vigoureux de la foule déjà nombreuse à 10 h du matin réveillent les têtes endormies. Les insoumi.e.s de Paris ont fait un travail d'organisation remarquable. Danielle Simonnet, oratrice nationale, tracte encore en amont, Manuel Bompard, directeur de campagne, est déjà à Bastille pour donner un coup de main. Autour de la buvette campée au pieds des marches de l'Opéra, d'un sandwich, des pancartes que l'on récupère, on fait connaissance, on refait la République entre les journalistes curieu.x.s.e.s et les joggeur.euse.s. 

Coups de sifflet et premiers "Résistance !"

 

A midi, une grande partie des bus sont arrivés et les premier.ère.s rochelais.e.s parviennent à se retrouver parmi la foule de plus en plus nombreuse. Cédric Ruffié, notre candidat titulaire aux législatives arrivé en bus sur les coups de midi, a opté pour une pancarte "Droit de révocation des élus". Ironie ? Non, l'avenir sera porté par des élu.e.s porte-paroles du peuple acceptant l'entière responsabilité de porter sa voix. 

 

En sortant du café sous le bruit des tambours et trompettes de la résistance, les citoyen.nne.s pour une 6ème République ont déjà pris possession de la rue Beaumarchais. Il est 13 h 45, les rochelais.es. se faufilent dans le cortège entre les pancartes de la France Insoumise aux couleurs des différents points du programme, "Droit de vote à 16 ans", "Protéger les biens communs", "Inéligibilité des corrompus", "Assemblée Constituante", d'Ensemble, des drapeaux CGT, Front de Gauche et PCF. 

 

Il est 14 h 10 quand Jean-Luc Mélenchon prend part au défilé, se plaçant avec une partie de son équipe de campagne, de la philosophe Chantal Mouffe, de Clémentine Autain, porte-parole d'Ensemble ou encore de Pierre Laurent, secrétaire national du PCF au milieu de la foule, les journalistes se pressent, on martèle "Résistance !". Premiers coups de sifflets, 14 h 30, la marche va durer une bonne heure pour atteindre la place de la République. Sur notre route vers la 6ème, nous croisons François Ruffin, candidat aux législatives de la Somme, qui fait prendre l'air de l'insoumission à son César remporté tout récemment pour son film documentaire Merci Patron ! 

La Rochelle Insoumise pour une 6ème République à Paris, place de la République, JLM2017

130 000 et des rochelais.es à République ! 

 

Il est environ 16 h lorsque les rochelais.es atteignent la place de la République où trône Marianne dressée contre un ciel bas et lourd. Le vent est fort, vivifiant, on se réchauffe en dansant, en chantant, en écoutant les artistes venus jouer pour l'occasion. Nous sommes de plus en plus serrés et Charlotte Girard, responsable du programme l'Avenir en Commun prend place sur la scène pour annoncer les 130 000 personnes présentes ! S'ensuivent vidéos d'artistes et de soutiens présents pour une 6ème République : le prix Goncourt Laurent Binet, l'acteur Sam KarmannBernard Lavilliers qui nous a fait chanter les mains d'Or, le psychanalyste et professeur Gérard Miller qui a rappelé les manipulations du langage des puissants au cours des siècles passés pour endiguer la colère du peuple souverain démontrant ainsi que jusque dans les manifestations citoyen.ne.s la France Insoumise continue de penser l'avenir en commun. 

 

Jean-Luc Mélenchon prend la parole sur les coups de 16 h 40 sous un vent violent de "dégagisme" :

 

"Dégagez ! Dégagez ! Pour que soit abolis les privilèges de la finance, ceux de la caste insolente qui occupe tous les pouvoirs et se les répartit, ceux de la Monarchie présidentielle et de toutes les suites dorées du capital. Voyez grand peuple français, voyez grand pour votre patrie !"

 

Ce jour-là, la France Insoumise a vu effectivement grand et a su prouver qu'elle ne se cantonnait pas à cultiver son jardin. Tous ensemble, nous avons chanté la Marseillaise avec le chœur des Cheminots, tous ensemble nous portons l'espoir d'une 6ème République plus juste, plus sociale et plus écologique. Le retour s'est effectué en bus à 19 h, les concerts se sont poursuivis sur la place de la République, pendant ce temps, dans les rues de Paris, sur les écrans et sur la toile l'idée d'une Assemblée Constituante faisait son petit bonhomme de chemin...

Une insoumise.

Écrire commentaire

Commentaires : 0